Pierre Chatton - Oeuvres sacrées et profanes

Pierre Chatton - Oeuvres sacrées et profanes

20.00 CHF

Enregistré en septembre 2004 au Studio Varga, Grimisuat (VS) 

Chœur Novantiqua de Sion
Jörg Lingenberg, Nathalie Gullung, John Schmidli, Antoinette Baehler, Claude-Alain Barmaz, Carole Rudaz, Pascal Emonet, Didier Métrailler, Thierry Debons
Quatuor à cordes Deblüe
Bernard Héritier, direction

Pierre Chatton est né le 12 septembre 1924 dans une famille originaire de Romont. Il suit dès son plus jeune âge des cours de solfège et de rythmique. Le jeune garçon a le privilège de bénéficier du sens musical et de la culture humaniste d'un père qui fréquente notamment Igor Stravinsky lors de son séjour à Morges, ainsi que le peintre Louis Soutter. A dix ans, il commence le violoncelle puis le piano. Il fait ensuite ses études secondaires au collège de l'Abbaye de Saint-Maurice duquel il est membre de l'orchestre et de la fanfare. Chanteur passionné de polyphonie et de chant grégorien, Pierre Chatton a en somme pratiqué la musique avant de l'étudier. Il entre au Conservatoire de Lausanne en 1942 et étudie le violoncelle avec Paul Burger mais surtout s'initie au langage de la polyphonie sous la férule d'Aloys Fornerod. La carrière musicale de Pierre Chatton est la suite et l'accomplissement de ce puissant élan initial. Dès 1946 il vit è Paris et acquiert une formation supérieure à l'Ecole César Franck (anciennement Schola cantorum de Vincent d'Indy), où il obtient ses diplômes de contrepoint er de direction.

A son retour en Suisse, il succède à l'abbé Pierre Kaelin comme maître de chapelle de Notre-Dame du Valentin où, de 1950 à 1953, il s'active avec Dante Granato, organiste titulaire, à mettre sur pied des concerts aux programmes novateurs. En 1953, il fonde à Lausanne un groupe choral professionel, Motet et Madrigal, avec lequel, dans le cadre du Puy de Musique de Saint-Sulpice, il présente les maîtres de la polyphonie des XVème et XVIème siècles français et italiens. Pierre Chatton a dirigé plusieurs chorales en Valais : les chœurs d'hommes de Chamoson, de Fully et d'Ayent, le Chœur de dames de Sion et le chœur mixte de St-Léonard.

A côté de ses activités d'organisateur de concerts, Pierre Chatton a aussi pratiqué l'enseignement de la musique. C'est ainsi qu'en 1954 il succède à sont maître Fornerod en reprenant les classes de contrepoint er d'histoire de la musique à l'institut de Ribaupierre de Lausanne. Par la suite il enseigne les branches théoriques au Conservatoire de Montreux et ouvre au monde de la musique classique les élèves du Lycée-Collège de la Planta à Sion.

Mais c'est naturellement la composition qui occupe la part la plus significative de la carrière de Pierre Chatton. Le catalogue de ses œuvres révèle qu'il est resté un artiste pronfondément attaché à la tradition française : constituée en majeure partie de partitions vocales et d'inspiration religieuse d'une grande unité de style et d'inspiration, l'œuvre de Pierre Chatton contient également plusieurs pièces de musique de chambre (quatuors à cordes, cuivres, mélodies pour voix et piano ou pour voix et orchestre à cordes).

Parmi les titres les plus importants figurent le Te Deum pour chœur mixte et ensemble instrumental (sur un texte d'Agrippa d'Aubigné), la Cantate de Noël (sur un texte d0André Patrick) pour récitant, chœur mixte et sept instruments, l'Arioso Père adorable pour baryton, chœur mixte, corde et célesta (sur un texte de Patrice de La Tour du Pin), Les Liturgies intimes (sur des poèmes de Paul Verlaine) et enfin, principale partition pour orchestre, le Concerto Grosso pour orchestre à cordes, écrit en hommage à Corelli.
 

Prochain concert

28Sep
Trois faciès de l'amour
Eglise des Jésuites, 20:00

Dernier disque

Login